Différents types de jeûne pour améliorer la santé intestinale

De nombreux clients viennent nous voir avec des problèmes digestifs comme le SIBO et le SCI. Ils ont des gaz, des ballonnements, de la constipation, de la diarrhée et/ou des reflux acides. Ils commencent à restreindre de plus en plus d’aliments et avant même de s’en rendre compte, ils ont un régime alimentaire très limité.

Il existe de nombreux types de jeûne différents. Ce qu’ils ne réalisent peut-être pas, c’est qu’en matière de santé intestinale, le moment où vous mangez est aussi important que ce que vous mangez. Donner à votre estomac le temps de digérer les aliments sous la forme d’un court jeûne peut améliorer la santé intestinale… ce qui peut vous aider à vous sentir mieux et à élargir votre régime alimentaire.

Quels sont les différents types de jeûne qui peuvent potentiellement offrir un potentiel de guérison de la santé intestinale ?

Parfois, les meilleures solutions ne sont pas si compliquées… et vous jeûnez peut-être plus que vous ne le pensez en ce moment.

Dans cet article, nous allons passer en revue les différents types de jeûne et les avantages potentiels qu’ils offrent. Nous aborderons également la façon de commencer le jeûne si vous souhaitez l’essayer, ainsi que les personnes qui devraient le pratiquer. pas d’essayer le jeûne.

Plongeons-y !

Le jeûne simple

Vous pratiquez peut-être déjà le jeûne simple, en fait.

Laissez-moi vous poser une question : est-ce que vous grignotez, grignotez ou broutez entre les repas ? Avez-vous un bol de snacks croquants à côté de votre clavier d’ordinateur ou des fruits coupés que vous grignotez toute la journée ?

Ou bien, vous contentez-vous de manger aux heures des repas et ne buvez que de l’eau, du thé ou du café entre les repas ?

Si vous n’avez pas l’habitude de manger ou de boire quelque chose entre les repas, vous pratiquez déjà le jeûne simple.

Cette pratique présente des avantages : votre intestin se développe en ayant la possibilité de digérer les repas, sans l’ajout de nouveaux aliments. Le jeûne simple pourrait consister à espacer vos repas de 3 à 5 heures. Ce jeûne simple permet d’améliorer le complexe moteur migrateur de l’intestin grêle.

Le complexe moteur migrateur (CMM) est un cycle de mouvement complexe du tube digestif – en gros, il déplace les aliments le long du tube afin que nous puissions digérer et absorber complètement les nutriments. Qu’est-ce qui freine ? Le fait de manger ! Le MMC est interrompu par le fait de manger ou de boire tout ce qui contient des calories (1).

(Psst… saviez-vous que le dysfonctionnement de la MMC est un facteur de risque de récidive du SIBO (2)) ?

Nous recommandons souvent d’espacer les repas pour les personnes atteintes du SIBO afin d’améliorer la fonction de la MMC et d’aider à optimiser la fonction digestive. Lorsque j’avais le SIBO, j’avais l’habitude de prendre des repas et des collations petits et fréquents. Après avoir instauré un jeûne de 4 heures entre les repas, j’ai constaté une nette amélioration de mes symptômes de SIBO. Même si je ne lutte plus contre le SIBO, je pratique toujours l’espacement des repas ainsi qu’un jeûne de 12 heures (plus d’informations à ce sujet ci-dessous). Ces changements simples ont vraiment contribué à améliorer considérablement ma santé intestinale !

Jeûne de 12 heures

Savez-vous que votre intestin a besoin de réparations quotidiennes ? Le travail de digestion et d’absorption est difficile pour votre intestin. En tant que tel, il a besoin de temps régulier pour se réparer. Le moment le plus important pour cela est la nuit, lorsque vous dormez… une raison de plus pour laquelle une bonne nuit de sommeil est si importante !

La digestion ralentit la nuit. C’est pourquoi manger tard le soir peut souvent entraîner des reflux acides et des diarrhées matinales. Un jeûne de 12 heures entre le dîner et le petit-déjeuner peut aider le tube digestif en lui donnant une pause bien méritée. Une pause dans la digestion donne à l’intestin le temps d’effectuer son travail normal de réparation.

Pour en savoir plus sur le sommeil, consultez notre article de blog : Un mauvais sommeil est-il à l’origine de vos symptômes digestifs ?

Étude de cas sur le SIBO et le reflux acide

Notre cliente Samantha souffrait de SIBO et de reflux acide. Après avoir examiné ses journaux alimentaires, nous avons remarqué qu’elle mangeait des encas ou des sucreries après 21 heures. Elle se sentait ballonnée peu après et se réveillait le matin avec des reflux acides.

L’un des premiers changements que nous avons apportés a été de faire en sorte qu’elle prenne sa dernière bouchée au dîner au plus tard à 19 heures. En quelques jours, ses ballonnements nocturnes se sont améliorés et ses reflux acides matinaux sont devenus beaucoup moins fréquents.

Vous voulez essayer le jeûne de 12 heures ? Au lieu de prendre des collations tard dans la soirée, gardez 12 heures sans nourriture entre votre dîner et votre petit-déjeuner. Il s’agit d’un jeûne simple.

Le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est le jeûne le plus structuré que nous aborderons dans cet article. Fondamentalement, dans cette forme de jeûne, vous prolongez la période de jeûne un peu au-delà de 12 heures. Les périodes de jeûne courantes vont de 12 à 16 heures.

Une idée fausse courante sur le jeûne intermittent est qu’il s’agit de manger moins de nourriture alors qu’en réalité, vous mangez toujours la même quantité de nourriture, juste en moins de temps.

Pourquoi cela peut-il aider ? La digestion fonctionne selon le rythme circadien. Le corps est prêt à consommer du carburant le matin, lorsque vous êtes éveillé, et la digestion ralentit le soir, lorsque vous devriez vous reposer.

Cela signifie que lorsque vous avez une bonne pause d’aliments supplémentaires, vous pouvez constater de meilleurs résultats digestifs (et un meilleur équilibre de la glycémie) lorsque vous jeûnez de 18 heures à 10 heures. Cela peut se traduire par une meilleure santé intestinale, et une amélioration des fuites intestinales (nous y reviendrons plus tard).

Quelle que soit la forme de jeûne que vous choisissez, nous ne recommandons pas de sauter le petit-déjeuner. Prenez un petit-déjeuner, avec une bonne quantité de protéines, pour optimiser votre énergie et votre digestion. Pour en savoir plus sur les protéines, consultez : Combien de protéines avez-vous besoin &amp ; Quand devez-vous en manger ?

Si vous cherchez quelque chose à déguster le soir, une fois que votre « fenêtre de repas » est fermée, vous pouvez envisager le thé ! Il existe plusieurs thés qui peuvent contribuer à la gestion des symptômes et nous les présentons ici : Thés pour les troubles digestifs : Ballonnements, gaz, nausées, reflux et autres.

Voyons un peu plus en détail comment le jeûne peut améliorer la digestion.

Avantages potentiels des différents types de jeûne

Il existe de nombreux avantages proposés et potentiels du jeûne. Pour cet article, nous nous concentrons sur les avantages liés à la santé intestinale et à la digestion.

Des recherches sur divers régimes de jeûne sont en cours. Une grande partie de la recherche est d’abord effectuée sur des animaux, ce qui montre des résultats prometteurs, mais n’oubliez pas que nous ne sommes pas des mouches à fruits ou des souris, comme le sont certains des sujets d’essai. Plus nous serons en mesure d’effectuer des recherches sur les humains, mieux nous comprendrons les avantages potentiels du jeûne.

Amélioration de la perméabilité de l’intestin

Avez-vous entendu parler de l’intestin perméable ? Il s’agit de la condition dans laquelle des fragments d’aliments, des bactéries et d’autres composés peuvent se faufiler à travers la paroi intestinale, provoquant des sensibilités alimentaires et des inflammations dans le corps. Dans le cas d’une digestion et d’une absorption normales et saines, la paroi intestinale est assez sélective quant à ce qui est absorbé.

La perméabilité de votre intestin est dynamique ; de nombreux facteurs influencent sa perméabilité, notamment le microbiome, la génétique et d’autres facteurs liés au mode de vie, comme le régime alimentaire habituel et la qualité du sommeil.

Le jeûne peut améliorer la perméabilité intestinale, rendant votre intestin moins « perméable » (3).

Améliorer le microbiome

Nous en apprenons chaque jour davantage sur l’impact du microbiome – la communauté de bonnes bactéries et d’autres organismes dans notre intestin – sur notre santé globale. Un dysfonctionnement du microbiome peut provoquer des maladies, tandis qu’un microbiome équilibré et dynamique peut améliorer la santé et atténuer les symptômes.

Dans l’ensemble, le jeûne intermittent peut avoir un impact positif sur le microbiome et améliorer la santé (4).

Inflammation

L’inflammation est une réponse naturelle et normale du corps à une infection ou une blessure. Votre peau gonfle et se réchauffe, ce qui permet à votre système immunitaire de combattre plus facilement les mauvaises bactéries et de guérir la coupure (5).

L’inflammation chronique – cette réaction se produisant pendant une période prolongée – est le dénominateur commun de nombreuses maladies chroniques, dont le diabète et les maladies cardiaques. Il est prouvé que le jeûne intermittent peut réduire les marqueurs de l’inflammation, diminuant ainsi le risque de maladie chronique (6).

Vieillissement

Des études sur les animaux ont révélé que le jeûne intermittent peut ralentir le vieillissement, en améliorant la santé intestinale (7). Le jeûne peut également améliorer la fonction neuronale, une autre voie vers un vieillissement sain (8).

Qui doit éviter le jeûne ?

Il est important de noter que le simple fait de ne pas manger, ou de ne pas avoir accès à la nourriture, comporte des risques. Ne pas manger lorsqu’on a faim ou besoin d’énergie peut provoquer de la fatigue, créer une réaction de stress dans l’organisme (qui peut exacerber les symptômes intestinaux) et déprimer le système immunitaire. Gardez à l’esprit que les différentes formes de jeûne dont il est question ici consistent à alterner les habitudes alimentaires et le jeûne, et non à simplement éviter de manger.

Nous avons souvent des clients qui viennent nous voir en suivant un régime restrictif, en prenant des milliards de suppléments et en pratiquant des jeûnes extrêmes de 14 à 16 heures. Leur médecin leur a peut-être recommandé le jeûne intermittent ou ils ont peut-être lu que le jeûne pouvait améliorer la santé intestinale. Mais ce qu’ils ne réalisent pas, c’est que tout le monde n’est pas un bon candidat pour le jeûne. Ils se sentent souvent plus mal parce que le jeûne exacerbe les problèmes de santé existants.

Qui devrait éviter le jeûne ?

Antécédents de troubles de l’alimentation

Pour les personnes souffrant de troubles de l’alimentation actuels ou passés, le fait de se lancer dans un jeûne, quel qu’il soit, peut être un facteur déclenchant pour leur état. Pour certaines personnes, le fait d’avoir un nouveau diagnostic d’une autre affection, comme le syndrome du côlon irritable, peut être un élément déclencheur du retour à des habitudes alimentaires désordonnées (9). Nous ne recommandons pas le jeûne si vous avez des antécédents de troubles de l’alimentation.

Hypoglycémie

Êtes-vous la personne qui passe de sympathique à grincheuse si elle manque son goûter ? Ou bien avez-vous des maux de tête ou des tremblements si vous manquez un repas à cause d’une journée folle ? Cela signifie peut-être que vous êtes sujet à l’hypoglycémie. Le jeûne n’est peut-être pas non plus une bonne solution pour vous (10).

Hypothyroïdie

Si vous souffrez d’hypothyroïdie, les données sur la façon dont le jeûne peut affecter votre état sont mitigées. Pour certaines personnes atteintes d’hypothyroïdie, le jeûne peut provoquer une baisse de la glycémie.

On peut étudier les effets du jeûne chez ceux qui observent le Ramadan. Dans une étude, les participants présentaient des valeurs de TSH plus élevées (ce qui signifie une fonction thyroïdienne réduite) après la fin du Ramadan (11).

Si vous souffrez d’un problème de thyroïde, veuillez consulter votre médecin avant d’apporter des modifications à votre régime alimentaire.

Gastroparésie

Pour toute personne souffrant de gastroparésie – vidange gastrique retardée – le jeûne n’est pas une bonne solution. Pour cette condition, les gens se sentent mieux avec de petits repas fréquents, par opposition au jeûne.

Insuffisance pondérale

Pour toute personne souffrant d’insuffisance pondérale ou ayant du mal à maintenir un poids sain, nous ne recommandons pas le jeûne.

Comment commencer le jeûne ?

La meilleure façon de se lancer dans le jeûne est de commencer lentement. Nous vous recommandons de commencer par la forme la plus simple de jeûne – moins de grignotages entre les repas et voyez si vous remarquez des améliorations dans votre digestion, votre énergie ou votre concentration.

Si vous constatez que le jeûne vous aide à vous sentir mieux, sans aucun symptôme d’hypoglycémie, vous êtes le bienvenu pour travailler vers le jeûne de 12 heures entre le dîner et le petit-déjeuner. Et rappelez-vous, nous ne recommandons pas de sauter le petit-déjeuner.

Ce qu’il faut retenir : Les différents types de jeûne

Tant de facteurs différents influencent votre digestion et la façon dont vous vous sentez. Nous avons tendance à penser à ce que nous mangeons en premier, ce qui est une pièce importante du puzzle. Mais dans cet article, nous avons abordé la façon dont le moment des repas et le jeûne constituent également un autre facteur.

Si vous êtes aux prises avec des symptômes digestifs incessants, nous serions ravis de vous aider à vous sentir mieux. Utilisez ce calendrier pour réserver une séance stratégique gratuite de 15 minutes afin d’en savoir plus sur notre approche de votre cas.